UNE BOUTEILLE A LA MER

Cher mer,

Il y a des enfances,
Qui n'ont de beauté,
Que les jouets,
Qui jonchent le parquet,

Il y a des chambres,
Qui renferment,
Un mal-être inadmissible,
Un bordel sans nom,

Il y a des adultes,
Qui retiennent leurs larmes,
Car ils ne comprennent pas,
Pourquoi, pour qui, ils pleureraient,

Il y a des amours,
Que l'on n'a pas eu,
Mais que l'on répète,
Car on ne sait pas faire autrement,

Cher mer,
Que les vagues déchaînées,
Viennent doucement s'échouer sur votre flan,
Pour irriguer ces terres asséchées.

1 commentaire:

Anonyme a dit…

Mais elle est où Jeanne ?

Enregistrer un commentaire

Enregistrer un commentaire